Céramiques XXe siècle

De 1910 à 2006, les céramistes, forts des modèles désormais mythiques que furent les pionniers tels Jean Carriès, Ernest Chaplet ou Théodore Deck, vont s’ouvrir au monde en redessinant la carte des proches traditions populaires ou en poursuivant des routes vers de nouveaux ailleurs. Animés par des recherches techniques mais aussi philosophiques, toujours en dialogue avec le peintre ou le sculpteur, ils développent différentes postures au cours de ce siècle où, plus que jamais, ils sont confrontés à la complexe dialectique entre art et artisanat.

Depuis son installation rue de Rivoli en 1905, le musée des Arts décoratifs a très régulièrement été la vitrine de la création en céramique à laquelle ont été consacrées de nombreuses expositions monographiques ou transversales. En étroite liaison avec ces événements, les collections se sont étoffées, en tout premier lieu grâce à la générosité des artistes, de leurs familles et amis ou de celle des collectionneurs ; qu’ils en soient très vivement remerciés.

Les achats réalisés par le musée, à la suite de salons, dans les ateliers ou auprès des galeries, ont également accompagné les étapes décisives des recherches des céramistes.

L’important dépôt consenti en 1981 par le musée national d’Art moderne nous a permis de disposer d’œuvres essentiellement acquises par le musée du Luxembourg lors de l’Exposition internationale de 1937. Les dépôts du Fonds national d’art contemporain permettent, quant à eux, de compléter une vision plus internationale de la création des dernières décennies.

Béatrice Salmon, extrait de « Céramique XXe siècle », Paris, 2006.

Ursula Morley-Price "The Japanese Flange", 1992
© Les Arts Décoratifs, photo Jean Tholance