Nom : 

Sébastien (Gabriel-Sébastien Simonet dit)

Lieu de naissance : 

Paris

Date de naissance : 

1909

Lieu de décès : 

Paris

Date de décès : 

1990

Notice biographique : 

À la fois peintre, poète, photographe et sculpteur
céramiste, Gabriel-Sébastien Simonet, dit Sébastien,
a un parcours éclectique. Formé à l?école Boulle
d'où il sort major en 1928, il commence à faire de
la décoration intérieure auprès d?Étienne Kohlmann,
directeur artistique du Studium Louvre (ateliers des
Magasins du Louvre), puis à la Maîtrise des Galeries
Lafayette dirigée par Maurice Dufrêne. Parallèlement,
en parfait autodidacte, sous le pseudonyme de
Gab-Simo, il s'initie à la peinture et à la sculpture.
En 1930, Sébastien fait un long séjour au Maroc.
Ce pays est une révélation pour le jeune artiste,
qui s'installe dans un village de potiers de la vallée
de l'Ourika, puis à Marrakech au palais de la Bahia.
Ses premières pièces, représentant des personnages
en méditation, datent de cette époque. Dès son
retour à Paris en 1932, il s?établit rue Notre-Dame-des-
Champs et travaille à la Maîtrise des Galeries
Lafayette jusqu'en 1935. Lauréat en 1936 de
la Fondation Blumenthal, Sébastien expose une
quarantaine de pièces à l'Exposition internationale
des arts et techniques de 1937. En 1940, réfugié
à Vallauris, il fait la connaissance du couple
de collectionneurs Marguerite et Aimé Maeght et
rencontre Suzanne Ramié, qui dirige l'atelier Madoura
où il séjournera à plusieurs reprises. De cette période
fertile date une série de sculptures en terre cuite
partiellement engobées dont La Marguerite, oeuvre
dans laquelle transparaît l'univers onirique de l'artiste.
La Marguerite est exposée pour la première fois en
1949 lors du 9 e Salon de l'imagerie au musée Galliera,
aux côtés d'autres céramiques regroupées sous
le titre générique de Poèmes des champs. Après
guerre, Sébastien participe régulièrement aux Salons
des artistes décorateurs et aux Salons d'automne,
dont il devient sociétaire. Spirituel, l'art de Sébastien
s?épanouit dans la mouvance symboliste ; l'allégorie
des thèmes et la simplification du rendu le
rapprochent de la sculpture romane. Cette facture
stylisée se retrouve dans L'Arbre aux chèvres (1960),
thème de prédilection de l'artiste, intimement lié
au souvenir d'un séjour au Maroc. Sébastien y a
découvert l'arganier, cet arbre sur lequel les chèvres
grimpent pour en brouter les feuilles. Un premier
Arbre aux chèvres a été réalisé vers 1938, reproduit
dans la revue Art et Décoration. Moins réaliste sans
pour autant être abstraite, cette dernière version
se caractérise par un mouvement plus orienté
des ramures de l'arbre et par une coloration vert
amande du feuillage.
En 1977, le palais des Arts et de la Culture de Brest
lui consacre une rétrospective. Après son décès
en 1990, un centre d'art Sébastien est créé en 1993 à
Saint-Cyr-sur-Mer (Var), grâce à un legs de 182 pièces
comportant peintures, dessins et aquarelles,
terres cuites et bronzes.
Le musée des Arts décoratifs conserve quinze pièces
de Sébastien, pour la plupart des dons généreux
de madame Claire Cominetti, compagne de l'artiste.
(source : catalogue Céramiques XXe siècle, musée des arts décoratifs 2006)