Nom : 

Touring Club de France

Lieu de naissance : 

Neuilly-sur-Seine

Date de naissance : 

1890

Date de décès : 

1983

Notice biographique : 
  • Cette ancienne association française a été créée en 1890 à Neuilly-sur-Seine dans le but principal de « développer le tourisme sous toutes ses formes ».

    En France jusqu'à l'instauration des congés payés en 1936, le tourisme est l'apanage de classes sociales aisées et diplômées. L'offre de tourisme est en grande partie celle d'associations, en premier lieu le Touring Club de France, d'abord association fondée par des bourgeois passionnés de vélo qui souhaitent développer le cyclotourisme, puis le tourisme économique (dont l'évolution est retracée dans la revue mensuelle de l'association), sous l'impusion de Paul de Vivie qui milite pour sa création sur le modèle du Cyclists Touring Club anglais. L'association a participé à de nombreuses actions permettant le développement de guides touristiques (création en 1899 de la Bibliothèque du tourisme et des voyages qui regroupe les cartes, revues, guides édités par l'association), routes touristiques (corniche de l'Estérel en 1903, route des Grandes Alpes en 1909), de pistes cyclables et d'équipements touristiques de toute sorte portant sa publicité (tables d'orientation, bornes, bancs, etc.). Elle a été à l'initiative du développement de la signalisation routière. En 1914, elle a notamment doté les routes françaises de 30 000 panneaux de signalisation routière. Après la Première Guerre mondiale, le TCF a lancé une collecte afin d'ériger une série de bornes au niveau de l'ancienne ligne de front : les bornes Vauthier. Elle a également joué un rôle majeur dans le développement du camping avec le développement des colonies de vacances dans des refuges qu'elle loue ou possède (formule qui permet de mettre à distance sociale les classes populaires), la création des premiers « camps de toile » en 1930 et l'ouverture du camping international du bois de Boulogne en 1951. Cette association fait quasiment office de Minsitère informel du tourisme jusqu'à la seconde guerre mondiale, comptant jusqu'à 700 000 adhérents.

    Malgré son rôle majeur dans le développement du tourisme au cours du XXe siècle en France, l'association périclite et la liquidation de ses biens est prononcée le 23 octobre 1983.

    Le TCF et la photographie :
    Très tôt, le TCF pressent le parti à tirer de la photographie naissante et sollicite de ses membres à chaque occasion une contribution bénévole à l'enrichissement du fonds. L'association alloue également des subventions régulières aux sociétés de photographes pour encourager leurs membres à lui remettre des épreuves des sites et monuments. Aussi de grands noms de la photographie, adhérents ou non, ont contribué à l'enrichissement du fonds. La qualité technique et artistique de l'ensemble est inégale, mais la diversité des regards portés sur les régions de France et l'irrégularité même du maillage réalisé ne sont pas sans intérêt ; outre les monuments les plus célèbres, l'attention portée sur le petit patrimoine, les sites naturels, le pittoresque et la vie quotidienne fait du Touring-Club un témoin singulier des mutations du siècle dernier. Les dizaines de milliers de clichés ainsi collectés ont illustré les nombreuses publications de l'association - notamment la revue mensuelle éditée dès 1891 et les 33 volumes de la collection " Sites et monuments ", mais ils ont également fourni la matière originale des nombreuses conférences thématiques organisées par le T.C.F. tant en France qu'à l'étranger.
    Les archives du T.C.F. sont conservées au Centre national des Archives contemporaines de Fontainebleau. La série " Touring Club de France " qui y est présentée comporte 11869 clichés positifs pour projection, sélectionnés en grande partie pour représenter le patrimoine naturel et architectural français de la première moitié du XXe siècle.